La fiscalité des déficits de location meublée

 

Avec la location meublée non professionnelle (LMNP) les revenus que vous retirez de l'activité sont imposés, non pas dans la catégorie des revenus fonciers , mais dans celle des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) permettant, dans le cadre du régime "micro-BIC", l'application d'un abattement représentatif de charges de 50 % ou, dans le cadre du régime réel, la prise en compte de l'amortissement du bien notamment.

En plus de cela, avec le LMP , l'imputation du déficit sur votre revenu global est sans limitation de montant notamment.

 

Une question fiscale ?

 

La déduction des charges

Le loueur en meublé professionnel ou non professionnel imposé d'après un régime réel peut, sous certaines conditions, déduire des loyers de ses locations meublées certaines charges qu'il a effectivement supportées dans l'intérêt de son activité.

Contrairement aux règles applicables aux revenus fonciers, les charges déductibles ne font l'objet d'aucune liste indicative mais doivent répondre aux conditions générales de déduction des charges en BIC. Elles doivent :

  • être exposées dans l'intérêt direct de l'exploitation ou se rattacher à la gestion normale de l'entreprise ;
  • correspondre à une charge effective et être appuyées de justifications suffisantes ;
  • être comprises dans les charges de l'exercice au cours duquel elles ont été engagées.

 

Questions à l'Expert ...

Est-il possible de faire une donation de parts de SCI avec simplement un imprimé fiscal ou est-il nécessaire de passer par un acte notarié ? la réponse ici >>

Un déficit foncier issu de dépenses de grosses réparations engagées par un nu-propriétaire est il imputable sans limitation sur le revenu global de ce dernier ? la réponse ici >>

Vous souhaitez mettre en location votre ancien logement et l'apporter ou la vendre à une SCI soumise à l’IR. Quels sont les avantages, risques … ? la réponse ici >>

Vous souhaitez louer un bien de manière saisonnière qui est en SCI ? que se passe t'il ? la réponse ici >>

 

Toutes nos réponses ici >>

 

Déficits pour le LMNP (location meublé non professionnelle)

Depuis le 1er janvier 2009, le loueur en meublé non professionnel ne peut déduire le déficit généré par la location en meublé que des bénéfices de même nature (location meublée non professionnelle).

Les déficits retirés d'une location meublée non professionnelle sont reportables pendant 10 ans exclusivement sur les revenus provenant d'une location meublée non professionnelle.

Si le loueur en meublé devient au cours d'une de ces années, professionnel, l'imputation des déficits non professionnels ne sera donc plus possible car les revenus seront des BIC professionnels.

 

Une question fiscale ?

 

Déficits pour le LMP (location meublé professionnelle)

Le loueur professionnel a l'avantage de pouvoir imputer, sans limitation de montant , directement le déficit provenant de la location meublée sur son revenu global de l'année ou des 6 années suivantes.

 

Depuis le 1er janvier 2009, l'imputation des déficits antérieurs à l'acquisition ou à la livraison de l'immeuble lorsqu'ils se rapportent à des dépenses engagées en vue d'une location meublée, par les loueurs en meublé professionnels est possible. Ces déficits sont imputés, par fractions égales (soit 1/3), sur le revenu global des trois premières années de location meublée, tant que cette activité présente un caractère professionnel. Lorsque le contribuable perd la qualité de loueur en meublé professionnel et même s'il le redevient, la possibilité d'imputation prend fin de manière définitive. Les déficits restant à imputer suivent alors le régime de droit commun applicable aux déficits subis par des LMNP.

 

Une question fiscale ?

 

 

Notre partenaire assurance-vie

 

 

 

 

Si vous souhaitez nos conseils quant à une situation particulière,

Cliquez ici >>

 

 

©2017 JOPTIMIZ Plan du site Accueil